Rénovation conduite Adrar

Pari  tenu.

Un groupe de citoyens avait promis que cet  été, les habitants du village vont boire à satiété.

En effet, après la rénovation de la conduite d’Adrar, financée par l’Etat et le renforcement par trois nouvelles sources, celles-ci financées exclusivement par le village, on ne risque plus de manquer d’eau.

Contrairement à beaucoup de villages de la commune qui ne reçoivent de l’eau de robinet qu’une fois tous les dix jours, notre village dispose de l’eau du robinet H24. Et ceci grâce à quelques bénévoles qui triment, quelque soit le temps. En hiver, pendant la période du Ramadhan ou ces jours ci en pleine canicule.

Il faut avoir une pensée pour ces gens là et leur rendre hommage. Ils veuillent au bien être de la communauté et ne demande rien en échange.

Vous entendez souvent des noms évocateurs de quelques lieux d’Adrar et bien faites en connaissance avec ces quelques photos.

J’aurais aimé qu’on organise quelques circuits, des randonnées à travers les lieux de captage, pour les femmes, les enfants et les hommes qui n’ont pas encore l’occasion de visité ADRAR. L’idée est lancer, j’attends votre avis. Que ceux que cela intéresse réagissent  il ne reste que quelques jours pour la rentrée….

Voir photos....https://www.facebook.com/groups/villageaitsaid/

 

 

Rénovation de la conduite d’alimentation du village à partir d’Adrar

  

 

Le village a  entrepris de trés grands travaux de rénovation des anciennes conduites des eaux de Adrar

 

 

 

L’Etat avait débloqué un budget  pour la rénovation de la conduite d’alimentation d’eau de Tibhirine Gueghzar jusqu’à la chambre de partage avec Ait Ighil,  ( 5 000 000 de DA parait il) sur environ  5 000 mètres linières.

 

 

 

Les services de l’Hydraulique de Tizi Ouzou avait engagé un entrepreneur pour faire les travaux , qui ont débuté il y a plus d’un mois. Rien n’a été demandé au village sauf d’indiquer le tracé de l’ancienne conduiteLire la suite

 

 

 

Sam 0002

 

Voir les photos

 

https://plus.google.com/photos/109740402153569022653/albums/6033640309771283057?banner=pwa&authkey=CObsz8ul6LfK0wE 

 

 

 

 

 

Etat d'avancement des travaux: au 15 aout 2014

Après une courte pause pour la fête de l’Aid, les travaux ont repris.

La pose des conduites jusqu’à Lkouachi est terminée, le peu de travail qui reste, est à faire à la main, car c’est un endroit rocheux inaccessible pour les machines sur presque 400 ML. D’ici quelques jours on inviterait tous les hommes valides du village à aller participer. Le travail pour lequel l’Etat avait débloqué le budget est presque fini.

Tefreg

Quant aux sources, que le village va ramener pour son propre compte, Il reste environ 1000 à 1500ML à finir pour arriver à la chambre de partage des eaux avec Ait Ighil, Takhzent Ouachour. C’est le travail des machines.

 

 Tefreg1

03 h du matin : Le village renoue avec  l’animation traditionnelle, pendent l’été seulement , de la place du village. Quelques jeunes occupent la place L’Vir jusqu’à l’aube, pendant que d’autres se préparent pour aller  travailler à Adrar .

 Jeunes du village

Sam 0087

 Voir la suite des photos.

 


 

Rénovation de la conduite d’alimentation du village à partir d’Adrar

  

L’Etat avait débloqué un budget  pour la rénovation de la conduite d’alimentation d’eau de Tibhirine Gueghzar jusqu’à la chambre de partage avec Ait Ighil,  ( 5 000 000 de DA parait il) sur environ  5 000 mètres linières.

Les services de l’Hydraulique de Tizi Ouzou avait engagé un entrepreneur pour faire les travaux , qui ont débuté il y a plus d’un mois. Rien n’a été demandé au village sauf d’indiquer le tracé de l’ancienne conduite.

La piste avait été réalisée pour permettre le passage des engins et les travaux vont bientôt se terminer.

Le village a saisi l’opportunité pour ramener les autres sources qu’on avait laissé à l’époque( voir ici) . Trois sources qui n'avaient pas été captées au début, vont étre ramenée avec une conduite indépendant pour les seuls besoins du village.

Il s’est arrangé avec l’entrepreneur chargé des travaux de placer en parallèle, à  la conduite commune avec Ait Ighil, une  conduite individuelle du village.

 L’ancienne conduite avait été réalisée au début des années soixante dix pendant trois années, en PVC avec une durée de vie de mois de trente années. Le village ne pouvant pas faire les travaux tout seul avait fait appel au village Ait Ighil et partager équitablement l’eau. Cette ancienne conduite, avec le temps, est devenue vétuste, pleines de fuites et n’importe qui  qui passait à proximité , surtout les bergers, et qui  avait soif n’hésitait pas à la percer pour boire. Au point ou plus de la moitié du  débit se perd au cours de route.

 Pour apprécier les travaux réalisés par nos ancêtres à l’époque, avec tous les sacrifices et les privations ( on montait tous les jours pendant les trois premiers mois), je doute for qu’on puisse renouveler cet exploit aujourd’hui,  il suffit de faire un petit tour , cet été, dans les villages des environs pour voir le calvaire des  femmes autour des fontaines du village. Elles sont là pour plusieurs heures pour remplir juste quelques bidons, alors que chez nous plusieurs personnes possèdent des jardins qu’ils arrosent copieusement tout le temps ou qui lavent leurs voitures.

 Nous sommes parmi les seuls, pour ne pas dire le seul ,villages de la Daïra de Bouzguène et même de la Kabylie à avoir de l’eau en permanence,  dans nos robinets, il n’y a aucune restriction, sauf les deux mois d’été ou la population double ou triple. Le rationnement est de 120 litres par personne et par jour pendant cette période et la majorité des gens n’utilisent pas totalement leur cotât.

 Je voudrait lancer un débat, dites ce que vous pensez et peut être un  encouragement pour  les gens qui y travaillent au mois de Ramadhan et en peine canicule. Croyez moi, j’ai fait un petit tour là ou ils travaillent, ce n’est pas du tout une sinécure. Ils partent là bas à quatre heures du matin et travaillent jusqu’à presque midi. Ils se privent surement des plaisirs des soirées du Ramadhan.

 Rendre hommage aux deux TAMEN ( Ouramdane Agawa et Houcine Ait Ali Oussaid) à l’équipe des jeunes, très dynamiques, qui travaillent avec l’équipe de l’entrepreneur. ( Said et Menad Agawa, Makhlouf Ait Ali, Nabil Ait Lmakhtsar et quelques autres)

 Un autre salut à un groupe qui assiste au besoin cette équipe, des gens volontaires. Boussad Ait Hend Ouamar, Houcine Ait Ali, Mohand Arezki Ait Lhadj et plusieurs autres qui activent dans l’anonymat.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.